Propriétaire Libre, le blog
Partages

Location saisonnière : la checklist des 10 erreurs à bannir

Location saisonniere - La checklist des 10 erreurs a bannirVous vous lancez demain dans la location saisonnière, mais il y a un hic : par où commencer pour avoir des résultats tout de suite ?

More...

C’est souvent ce que me demandent des lecteurs du blog.
J’ai eu l’idée de ce sujet en me replongeant deux ans en arrière. Comme moi en juin 2014, vous avez peut-être décidé de vous lancer dans la location saisonnière ou courte durée
(après avoir longtemps hésité à accueillir des locataires chez vous, ou galéré à trouver, puis négocié et financé le bon bien immobilier).

Mais comment démarrer sur les chapeaux de roues, sans avoir la crainte de ne pas louer une seule nuit (et d’avoir le banquier qui vous appelle le mardi matin) ?

Voici ma check-list des 10 erreurs à EVITER si vous ne voulez pas foirer votre lancement :

1. Partir sans connaître son marché

C’est l’une des pires erreurs commises par bon nombre de débutants.
Vous devez bien cibler votre marché et l’offre que vous proposez à vos locataires. Touristes ? Professionnels de passage ? Etudiants ?...

A vous de répondre à cette question avant de partir tête baissée. Après, il sera trop tard.

2. Ne pas bien se préparer soi-même

Croire que faire de la location saisonnière ou courte durée n’impacte pas votre vie, au moins au début, est une méprise totale.

Vous allez devoir trouver des locataires, prendre les réservations, répondre aux emails, au téléphone… voire faire les arrivées et les sorties, sauf si vous vous débrouillez pour faire gérer la logistique par quelqu’un (on en parle plus bas).

3. Négliger son annonce

Airbnb, Abritel, Le Bon Coin, Sejourning… Les sites d’annonces de location saisonnière entre particuliers sont légion sur le net. Mais attention : la concurrence est rude.

Les locataires ont souvent le choix entre de nombreuses propositions intéressantes.
Vous avez intérêt à être le plus précis possible dans la description, et compléter à un maximum de champs possibles. C'est ce que j'aborde dans un autre article du blog.

4. Ne pas soigner ses photos

Une belle photo vaut mieux que de longs discours. Vous le savez et pourtant, c’est une photo tout juste potable qui fait office de vignette à la une du site. Est-ce vraiment cette image que vous souhaitez diffuser à vos potentiels voyageurs ?

Soignez le visuel en prenant en photo les atouts de votre bien (séjour, salle de bain, piscine…), mais aussi les détails (équipements…).

5. Ne pas fixer le juste prix

Quand un locataire fait une recherche, il commence par entrer la localisation, le nombre de personnes…et le prix. Un prix trop élevé vous coupera de nombreuses possibilités de louer.
Pour démarrer, vous pouvez proposer un prix attractif.
Par exemple, si le tarif du marché est à 70 € la nuit, vous pouvez proposer 65 € voire 60 €.

Mais attention à ne pas louer trop peu cher : vous n’attireriez pas forcément des locataires intéressants, en plus de ne pas entrer dans vos frais.
Des applications se sont créées pour vous aider à optimiser votre prix. Rien ne vous empêche de les tester.
Et dans un autre article, j'évoque plus en détail le concept de l'offre et de la demande pour votre location de vacances, gîte ou chambres d'hôtes.

6. Négliger la logistique

Elle doit être bien huilée pour que le locataire se sente bien tout de suite. Qui va faire le check-in et le check-out ? Qui fait le ménage ? Qui change les draps et le linge de maison ?

Vous avez tout intérêt à réfléchir à toutes ces questions avant d’accueillir votre premier client, même si vous allez vous améliorer au fil du temps.

7. Manquer de communication

Vos locataires ont sans doute des tonnes de questions à vous poser sur votre appartement ou sur leur séjour (comment et à quelle heure arriver, que faire sur place, etc.). Saurez-vous leur montrer votre attention, en répondant (et dans l’idéal en anticipant) à leurs demandes ?

8. Ne pas avoir de contrat de location

Soit vous utilisez un des sites de l’économie collaborative (Airbnb, HouseTrip, Sejourning…) et les contrats sont déjà établis. Vous avez normalement complété les conditions d’annulation (strictes, normales ou plutôt cool).

Si vous vous débrouillez par vous-même pour trouver des locataires, je vous recommande de soigner votre contrat de location saisonnière (vous pouvez télécharger mon modèle de bail en cliquant ici).
Cela vous évitera bien des soucis.

9. Manquer l’accueil des locataires

Un sourire, une mail de bienvenue, de petites attentions… en un mot : de l'AU-THEN-TI-CI-TE (l'authenticité) !
Ca ne coûte pas grand-chose de faire en sorte que vos hôtes se sentent bien chez vous.
Je ne saurais que trop vous conseiller d’y faire attention : encore une fois, vous n’êtes plus seuls sur ce créneau !

10. Ne pas demander de commentaires

C’est sans doute votre plus grande force de frappe… votre capital… votre trésor de guerre !
Pour démarrer, vous allez devoir réclamer de bons commentaires à vos premiers locataires.
N’ayez pas peur de le leur demander gentiment.

Souvent lorsque l’on a passé un séjour agréable (et même auprès d’un nouvel hôte) on a plutôt envie de lui rendre service en laissant un message sympa sur son profil.
Alors allez-y, foncez !

About the Author Yann Bricombert

Yann Bricombert est le créateur de Propriétaire libre, un site internet de ressources et de conseils qui aident les propriétaires et les managers de locations de vacances (maisons, appartements, gîtes, chambres d'hôtes) à générer plus de réservations.

follow me on:

Leave a Comment: